Des livres écrits sous la supervision de Lioudmila Oulitskaïa accusés de relever de la propagande homosexuelle

10 fév

Image

(source photo : Nouvelobs.com)

Le parquet de l’oblast d’Oulianovsk a ouvert une instruction concernant la série de livres publiés dans le cadre du projet « Detskiy » (« Enfant »), dont la rédaction a été supervisée par Lioudmila Oulitskaïa. Selon le parquet, ces livres relèveraient de la propagande homosexuelle. Parmi les livres ciblés par cette enquête se retrouvent également l’œuvre de la publiciste Irina Yasina « Человек с человеческими возможностями » (« Des êtres humains avec des possibilités humaines ») et celle de l’auteur pour enfants Andreï Ousatchev, « Всеобщая декларация прав человека » (« Déclaration universelle des droits de l’Homme »).

Le parquet de l’oblast d’Oulianovsk a ouvert une instruction sur les livres écrits dans le cadre du projet « Detskiy » supervisé par Lioudmila Oulitskaïa (la lauréate du prix Booker russe). Selon l’organisme de surveillance, ces oeuvres pourraient comporter des « éléments de propagande clairs en faveur de l’amour entre personnes du même sexe et de la pédophilie ». L’assistant du procureur de l’oblast d’Oulianovsk, Vassili Zima, a affirmé au Kommersant jeudi qu’une enquête était en cours.

Cette dernière porte sur la série de livres « Другой, другие, о других » publié chez EKSMO dès 2012 pour les enfants âgés de dix à doux ans dans le cadre du projet « Detskiy », avec le soutien de l’Institut pour la tolérance. Ces « livres portent sur différents aspects de la vie : la famille, les religions, la cuisine, l’habillement, les coutumes des différents peuples », peut-on lire sur le site de l’institut. En janvier dernier, treize livres de cette série ont été repris par le centre pour la tolérance, récemment créé au sein de la bibliothèque scientifique du palais du livre de l’oblast d’Oulianovsk.

Des réclamations ont été introduites auprès de la direction de la bibliothèque concernant huit de ces livres, dont le livre de la publiciste Irina Yasina et celui du célèbre auteur pour enfants Andreï Ousatchev. « Le livre de Vera Timentchik, « La famille dans notre pays et chez les autres », fait l’objet d’une enquête. Je ne ferais moi-même pas lire ce livre à mes enfants », a déclaré la directrice de la bibliothèque, Svetlana Nagatkina. Selon elle, la direction de la bibliothèque a fait part de ses inquiétudes à la ministre de la culture de l’oblast d’Oulianovsk, Tatiana Ivchina. La direction de l’organisme de surveillance a à son tour demandé que les livres en question soient envoyés au ministère régional de l’enseignement, afin de déterminer s’ils relèvent ou non de la propagande homosexuelle. Nul ne sait si les spécialistes du ministère ont déjà pu rendre leur avis. Tatiana Ivchina n’était pas disposée à commenter l’état de la situation au moment de la rédaction du présent article.

La campagne contre le projet de Lioudmila Oulitskaïa est menée par le mouvement « Résistance parentale partout en Russie » (« Всероссийское родительское сопротивление »), dirigé par l’épouse du politologue Sergueï Kourguinian, Maria Mamikonian. Elle a notamment envoyé une lettre le 25 janvier dernier à l’adjoint du gouverneur de l’oblast d’Oulianovsk, Mihaïl Sytchev (chargé de la politique intérieure), concernant l’ouverture du centre pour la tolérance et la diffusion des livres écrits dans le cadre du projet « Detskiy ».

Oleg Samartsev, professeur de la faculté de journalisme de l’université d’État d’Oulianovsk, choisi par le parquet pour faire partie du groupe d’experts engagés pour tirer cette affaire au clair, a déclaré au Kommersant qu’il n’était pas partisan de la propagande et de la vulgarisation des relations sociales non traditionnelles en dehors des impératifs moraux. « Dans ces livres, la frontière entre le bien et le mal est déplacée », a affirmé l’expert.

Le directeur du fonds interrégional pour la défense des droits, Igor Kornikov, qui oeuvre également en faveur de la défense des droits de l’enfant, ne constate quant à lui aucune propagande homosexuelle dans les livres visés. « Je ne comprends pas du tout comment les livres de Yasina et Ousatchev ont pu se retrouver dans cette liste. Je pense qu’il s’agit d’une phobie, cultivée au niveau fédéral, qui fait les affaires des stratèges politiques », a souligné le défenseur des droits de l’Homme.

Sergueï Titov, Oulianovsk — Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/2402899

Le Parquet n’exclut pas que le reportage de Dozhd relève de l’extrémisme

31 jan

Une enquête est lancée sur la chaîne télévisée, à la suite d’un reportage-choc sur le siège de Leningrad

30.01.2014

L’affaire de l’interruption partielle de la diffusion de la chaîne télévisée « Dozhd » sur le réseau de télévision câblée se poursuit. Aujourd’hui, le parquet de Saint Petersbourg a ouvert une enquête suite aux propos d’un citoyen qui aurait été choqué par le reportage de la chaîne « Dozhd » sur le siège de Leningrad.

Le 27 janvier, la chaîne a diffusé dans le cadre de son émission Dilettante un reportage intitulé « Aurait-il fallu céder Leningrad pour épargner des milliers de vies ? ». Ce reportage a immédiatement suscité le mécontentement de certains députés de la Douma d’État qui se sont adressés au procureur général Iouri Tchaïka, afin que celui-ci mène une enquête sur la chaîne télévisée.

Le parquet de Saint Petersbourg a affirmé que l’enquête avait été lancée suite à la déclaration d’un citoyen dont le parquet ne cite pas le nom. « Nous ne savons rien sur lui. À part le secrétaire qui a réceptionné la déclaration, personne ne l’a vu. Il faut encore qu’on l’interroge », a déclaré aux  RIA Novosti une source du parquet de la ville. Elle a cité des extraits de la lettre du requérant pour l’agence de presse : « Sur la chaîne télévisée Dozhd, les questions qui ont été posées étaient blessantes pour les vétérans de la Grande guerre nationale qui ont défendu Leningrad pendant le siège ». Selon le parquet, il est nécessaire de déterminer si la chaîne a dépassé les limites à la veille de la date anniversaire de la fin du siège de Leningrad.

« Nous n’excluons pas que dans ce cas, il puisse s’agir d’extrémisme, à savoir des actions qui incitent à la haine ou à l’animosité, portent atteinte à la dignité de certains individus ou groupes d’individus, des actes relevant du droit pénal », a déclaré à Itar-Tass l’assistante du procureur de la ville chargée des relations avec la presse, Marina Nikolaeva. Elle a ajouté que les premiers résultats de l’enquête ne seraient pas disponibles avant la semaine prochaine. « Nos collaborateurs analysent en ce moment le contenu du reportage », a poursuivi Mme Nikolaeva.

Mercredi, Akado et EP-Telecom (marque commerciale : Dom.ru) ont interrompu la diffusion des programmes de la chaîne Dozhd. Jeudi, Trikolor TV a envoyé un avertissement officiel à Dozhd, prévenant la chaîne qu’il était possible que sa diffusion soit interrompue si elle ne modifiait pas sa politique de contenu dans les trente jours. Selon TNS Russia, au cours de la période s’étalant d’août à octobre 2013, Dozhd n’est pas parvenue à percer dans le top 20 des chaînes thématiques (diffusées sur le câble ou par satellite) en moyenne mensuelle pour les auditeurs de plus de quatre ans. Dans l’ensemble de la Russie, son auditoire ne dépasse pas les 11 millions de téléspectateurs. En décembre 2013, le site Internet de Dozhd a attiré au moins une fois sur le mois plus de 2,8 millions de visiteurs russes âgés de 12 à 64 ans. À Moscou, le site Internet de Dozhd a accueilli 728 mille visiteurs, 175 mille à Saint Petersbourg et 48,3 mille à Ekaterinbourg.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/Doc/2395402

Roskomnadzor : la chaîne Dozhd a enfreint la loi sur les médias de masse

31 jan

Le Roskomnadzor (Service fédéral de supervision des médias de masse et des technologiques de la communication et de l’information) estime que la chaîne télévisée Dozhd, qui a diffusé une enquête sur le siège de Leningrad, a enfreint l’article 49 de la loi relative aux médias de masse. C’est ce que révèle une lettre de l’adjoint du dirigeant du Roskomnadzor, Maxime Ksenzov, adressée à la rédaction de la chaîne et citée par l’agence de presse Ria Novosti.  Selon l’article 24 de la loi relative aux médias de masse, les journalistes dans l’exercice de leur fonction doivent respecter les droits et les intérêts légaux des citoyens. Selon le Roskomnadzor, la chaîne a enfreint cette disposition. « Ce type de questions et de déclarations peut être considéré comme blessant pour les vétérans de la Grande guerre nationale et les citoyens qui ont vécu le siège de Leningrad », peut-on lire dans la lettre du Roskomnadzor. Le Roskomnadzor a exigé du rédacteur en chef de la chaîne qu’à l’avenir, il respecte scrupuleusement la législation en vigueur en Fédération de Russie.

Le 27 janvier, la chaîne a diffusé dans le cadre de son émission « Dilettante » un reportage intitulé « Aurait-il fallu céder Leningrad pour épargner des milliers de vies ? ». Ce reportage a immédiatement suscité le mécontentement de certains députés de la Douma d’État qui se sont adressés au procureur général Iouri Tchaïka, afin que celui-ci mène une enquête sur la chaîne télévisée.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/2395768

Pour en savoir plus : http://lapresserusse.wordpress.com/2014/01/31/le-parquet-nexclut-pas-que-le-reportage-de-dozhd-releve-de-lextremisme/

Le Top 50 des startups russes

10 sept

 

Image

La liste à partir de laquelle nous avons réalisé ce classement est composée de plus de 1700 projets d’entreprises. Il s’agit d’entreprises mentionnées sur les sites Internet Startupafisha.ru, Firma.ru et Towave.ru, ou dans lesquelles ont investi des fonds de capital-risque (plus de 200 fonds ont été pris en compte). Nous avons choisi des startups qui opèrent sur le marché des hautes technologies (Internet, high-tech, logiciels, biotechnologie, nanotechnologie, etc.), qui ont réalisé des bénéfices en 2012 et ont été créées par des Russes (personne physique ou fonds) en 2010 ou 2011.

Nous n’avons pas pris en considération les projets médiatiques et les magazines sur Internet, à l’exception des services de coupons et des agrégateurs de sites Internet pour la vente de billets d’avion et la location de chambres d’hôtel. Pour choisir la meilleure startup, nous avons appliqué les critères suivants : l’évolution des recettes ; la relation entre les recettes et les dépenses ; le volume des investissements ; le nombre de brevets ou de dépôts de brevets (hormis les licences de marques de fabrique) ; le caractère unique de l’entreprise (le nombre de concurrents au sein de cette niche) ; et les perspectives de croissance du marché à l’horizon 2015.

Nous avons interrogé directement les startups sur les quatre premiers critères (les entreprises qui ont refusé de fournir ces informations ont été exclues du classement). L’unicité des startups a été déterminée en comparant 1700 projets de cette niche. Les perspectives de croissance ont été évaluées par des experts de fonds d’investissement, à savoir : Iouri Romaniouha (Imperious Group), Sergueï Toporov (LETA Capital), Alexandra Kazakova et Andreï Gnelitski (Startobaza), Vladislav Kotchetkov, Leonid Delitsyn (Finam) et Alexandre Jourba (Genezis Capital). Les six critères ont été déterminés par rapport à leur valeur maximale. L’indice final a été calculé pour chaque startup en additionnant les indices relatifs à chacun des critères.

Pour en savoir plus : http://kommersant.ru/doc/2266343

 

 

 

Startup

Site Internet

Catégorie

Cluster

Unicité

Perspectives au sein de la niche, %

Indice total

1

KNOPKA ZHIZNI

Knopka24.ru

Gadget

Fabrication et infrastructure

1

70

22,4

2

COMFORTWAY

Comfortway.com

Gadget

Fabrication et infrastructure

1

70

21,3

3

LINGUALEO

Lingualeo.ru

Enseignement

Services

41

50

21,0

4

STOPSLEEP

Stopsleep.com

Gadget

Fabrication et infrastructure

1

70

20,9

5

OSTROVOK

Ostrovok.ru

Voyage

Loisirs

71

30

19,6

6

TICKETFOREVENT

Ticketforevent.com

Plateforme

Loisirs

17

40

18,8

7

OCTOPOD

Octopod.com

Conception

Outils pour l’entreprise

35

40

17,5

8

OKTOGO

Oktogo.ru

Voyage

Loisirs

71

30

17,1

9-10

KRIBRUM

Kribrum.ru

Contrôle

Outils pour l’entreprise

23

70

17,0

9-10

ONWEBINAR

Onwebinar.ru

Plateforme

Cloud computing

17

40

17,0

11

FINDTENDERS

Findtenders.ru

Commerce

Services

5

30

16,9

12

GAME INSIGHT

Game-insight.com

Jeux

Loisirs

24

50

16,8

13

BIGLION

Biglion.ru

Coupons

Services

20

0

16,0

14

QUICKFON

Quickfon.ru

Infrastructure

Conception et infrastructure

7

70

15,6

15-16

MORE SALONOV

Moresalonov.ru

Santé et beauté

Loisirs

13

50

15,3

15-16

ADEASY

Adeasy.ru

Publicité

Outils pour l’entreprise

92

40

15,3

17

ITMOZG.RU

ITmozg.ru

Recrutement

Outils pour l’entreprise

13

40

15,0

18

SKYDNS

SkyDNS.ru

Sécurité

Cloud computing

12

120

14,9

19

ONETWOTRIP

Onetwotrip.ru

Voyage

Loisirs

71

30

14,5

20

DAOFFICE

Daoffice.ru

Plateforme

Cloud computing

17

40

13,9

21-22

MEDESK

Medesk.ru

Plateforme

Cloud computing

17

40

13,7

21-22

MY-APPS.COM

My-apps.com

Conception

Outils pour l’entreprise

29

40

13,7

23

METABAR

Metabar.ru

Conception

Outils pour l’entreprise

29

40

13,0

24

KEY CAPTCHA

Keycaptcha.com

Sécurité

Cloud computing

12

120

12,8

25

MACROSCOP

Macroscop.com

Observation

Cloud computing

4

30

12,7

26

SOCIALTOOLS

Socialtools.ru

Publicité

Outils pour l’entreprise

92

40

12,4

27

PIRATE PAY

Piratpay.ru

Lutte contre le piratage

Cloud computing

2

40

12,1

28

IBRAND

iBrand.ru

Publicité

Outils pour l’entreprise

92

40

12,0

29-31

CREDITCARDSONLINE

Creditcardsonline.ru

Finance

Services

45

20

11,8

29-31

IBUILDAPP

iBuildapp.com

Conception

Outils pour l’entreprise

29

40

11,8

29-31

TEACHBASE

Teachbase.ru

Plateforme

Cloud computing

17

40

11,8

32-33

ZHIVYE KNIGI

Living-books.ru

Communication

Loisirs

100

10

11,7

32-33

FABRIKA ONLINE

Fabrikaonline.ru

Jeux

Loisirs

24

50

11,7

34

UPLOADCARE

Uploadcare.com

Archives

Cloud computing

17

70

11,4

35-36

EVRENT

Evrent.ru

Location

Services

5

50

11,3

35-36

SON ONLINE

Sonline.su

Santé et beauté

Loisirs

13

50

11,3

37-38

MIRAPOLIS

Mirapolis.ru

Plateforme

Cloud computing

17

40

11,2

37-38

3DTOUR

3dtour.me

3D

Outils pour l’entreprise

15

30

11,2

39-40

SHOPOGOLIQ.RU

Shopogoliq.ru

Coupons

Loisirs

20

0

11,0

39-40

HIPWAY

Hipway.ru

Voyage

Loisirs

71

30

11,0

41-42

PRAVOVED

Pravoved.ru

Expertise

Services

3

40

10,6

41-42

FIXBER

Fixber.com

Contrôle

Outils pour l’entreprise

23

70

10,6

43-44

COPINY

Copiny.com

Conception

Outils pour l’entreprise

29

40

10,5

43-44

WHEELY

Wheely.com

Taxi

Services

7

50

10,5

45

GOPHOTOWEB

Gophotoweb.ru

Conception

Outils pour l’entreprise

35

40

10,4

46

SAND SIGN

Sandsign.ru

Cadeaux

Loisirs

5

40

10,3

47-49

FOTOSHKOLA

Fotoshkola.net

Enseignement

Services

41

50

10,2

47-49

JELASTIC

Jelastic.com

Hébergement

Cloud computing

13

30

10,2

47-49

TEAMO

Teamo.ru

Rencontres

Loisirs

14

10

10,2

50

PLAYTOX

Playtox.ru

Jeux

Loisirs

24

50

10,1

 

 

 

Article traduit du russe par Amandine Gillet

 

Source : http://kommersant.ru/doc/2266343

 

« Dieu merci, Nicolaï Vladimirovitch n’avait pas amené de tronçonneuse ! »

15 août

Les candidats à la mairie de Moscou ont participé à leur deuxième débat

Image

Photo :  Iouri Martianov / Kommersant

Le débat organisé par la chaîne de télévision Moskva 24 a dès le début été interrompu par Alexeï Navalny (Parti républicain de Russie/Parti de la liberté du peuple, ou RPR-PARNAS) qui, en réponse à une question sur les parkings payants, a commencé à parler de ses partisans dont l’appartement avait été perquisitionné la veille par les forces de l’ordre en présence du leader du parti « Russie juste », Nicolaï Levitchev. M. Levitchev a quant à lui affirmé que la lutte contre la « littérature interdite » justifiait les moyens déployés.

Moskva 24 s’attendait à ce que le débat s’oriente vers les perquisitions menées dans le but de révéler les procédés illégaux de propagande mis en place par Alexeï Navalny. L’animateur du débat avait pourtant posé une question sur les parkings payants. Alexeï Navalny a toutefois préféré parler des événements de la veille, lorsque la police et des officiers du ministère des situations d’urgence ont défoncé la porte de l’appartement de certains de ses partisans. Grâce à une information fournie par le leader du parti « Russie juste », Nicolaï Levitchev, la police a pu saisir le matériel de propagande trouvé dans l’appartement. M. Navalny a affirmé que les forces de l’ordre avaient « intimidé et arrêté ses partisans ». Selon lui, cette affaire fait suite à l’enquête qu’il a lancée sur l’appartement de la fille de Sergueï Sobianine, dont la valeur dépasse le salaire que le maire par intérim aurait gagné en dix ans.

Aujourd’hui, conformément à l’article 19.3 du Code russe des infractions administratives (désobéissance aux membres des forces de l’ordre) le tribunal de l’arrondissement moscovite de Basmanny a condamné les quatre militants qui se trouvaient dans l’appartement à des peines allant d’une amende de 1000 roubles à 10 jours de prison. Les militants emprisonnés ont affirmé que les policiers n’avaient pas de mandat de perquisition, qu’ils avaient tenté d’ouvrir la porte, qu’ils avaient même lancé les clés aux agents des forces de l’ordre, mais que la porte était bloquée. « Dieu merci, Nicolaï Vladimirovitch n’avait pas amené de tronçonneuse », a plaisanté Mikhaïl Degtiarev en parlant du leader de « Russie juste ».

Alexeï Navalny a demandé à Nicolaï Levitchev, qui a « presque scié la porte personnellement », s’il pouvait lutter contre la corruption, tout en rédigeant des déclarations à l’intention de ses partisans. M. Navalny a souligné que « Russie juste » avait reçu 200 000 roubles. Le parti pourrait employer son temps plus efficacement, mais il ne fait rien pour la ville de Moscou, a-t-il ajouté. Nicolaï Levitchev n’a pas jugé utile de se justifier. Selon lui, « Russie juste » critique le pouvoir, mais cette lutte ne requiert pas l’utilisation de méthodes illégales.

Le leader du parti « Iabloko », Sergueï Mitrokhine, a demandé à Mikhaïl Degtiarev pourquoi il ne retirerait pas sa candidature, dans la mesure où il est originaire de Samara, contrairement à lui qui a toujours vécu à Moscou. Le candidat du Parti libéral-démocrate de Russie a expliqué dans sa réponse que 80 % des habitations de la capitale étaient achetées par des travailleurs issus d’autres régions russes.

« On me coupe toujours la parole », a déploré le candidat du Parti communiste de la Fédération de Russie, Ivan Melnikov. Il a demandé à M. Mitrokhine pourquoi, selon lui, des places étaient détruites et pourquoi les dirigeants ne dialoguaient pas avec la population. « Parce qu’ils sont venus de loin à Moscou, parce qu’ils n’aiment pas et ne respectent pas les Moscovites », a répondu sans surprise M. Mitrokhine.

Si les élections municipales moscovites se déroulaient ce week-end, la victoire irait à Sergueï Sobianine qui, selon les sondages, obtiendrait 67 % des voix. Ces chiffres ont été révélés par VTsIOM le 14 août. Alexeï Navalny arriverait à la deuxième place.

Taïsia Bekboulatova, Sergueï Goriachko – Article traduit partiellement du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original en russe : http://kommersant.ru/doc/2255603

Lien vers le débat télévisé : http://www.youtube.com/watch?v=n6WGK2sIhBM

Bientôt plus de voitures de luxe pour les fonctionnaires russes

10 juil

Image

Photo : Evgueniï Feldman / Kommersant

Le célèbre blogueur Alexeï Navalny, opposant au régime en place et candidat à la mairie de Moscou, est parvenu à collecter plus de 100 000 signatures en faveur de son initiative visant à interdire aux fonctionnaires de conduire des voitures trop luxueuses (plus de 1,5 million de roubles). L’initiative a été officiellement enregistrée sur le site « Российская общественная инициатива » (en français : « Initiative publique russe » ou IPR). Le projet de loi proposé par M. Navalny sera examiné par la Douma d’État, à condition que la Commission chargée des IPR donne son feu vert.

M. Navalny a déjà récolté 100 250 signatures en faveur de son initiative dont l’objectif est d’interdire aux fonctionnaires, aux membres d’entreprises d’État et d’entreprises sous le contrôle de l’État d’acheter des véhicules d’une valeur supérieure à 1,5 million de roubles. L’initiative a été enregistrée sur le site officiel le 5 avril et la collecte des signatures se poursuit.

Cette initiative prévoit un projet de loi que les signataires souhaitent voir examiné par la Douma d’État. Pour rappel, toute initiative publique enregistrée sur le site des IPR et récoltant plus de 100 000 signatures doit obligatoirement être examinée par la Douma. Toutefois, avant d’être soumise à la Douma, l’initiative doit être examinée par la Commission chargée des IPR. La possibilité pour les citoyens de soumettre ce type d’initiatives était l’une des promesses électorales du président, Vladimir Poutine.

L’attachée de presse de M. Navalny, Anna Bedouta, a expliqué au Kommersant qu’elle ne s’était pas encore entretenue avec son patron concernant les prochaines étapes de son projet, mais qu’il ne manquerait pas de s’exprimer sur le succès de son initiative dans les jours qui viennent.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/2230599

Le Parti pirate redouble d’efforts pour se faire reconnaître en Russie

3 fév

Image

Le président du Parti pirate, Pavel Rassoudouv

Photo : Maxime Poliakov/Kommersant

Le Parti pirate de Russie, dont l’enregistrement à de nouveau été refusé par le ministère de la justice mi-janvier en raison de son nom, a élaboré un nouveau plan pour obtenir un statut officiel. Cette fois-ci, les « pirates » ont créé deux comités d’organisation de parti, l’un prenant le nom de « Tentons de changer la réalité ».

Le président du parti, Pavel Rassoudov, a déclaré à Kommersant que le deuxième comité avait été créé pour parer à toute éventualité, dans la mesure où le parti s’attend à ce que sous la dénomination « Parti pirate de Russie », le ministère de la justice se borne à refuser son enregistrement. « Peu importe l’insistance du ministère de la justice, nous ne modifierons pas notre nom, c’est une question de principe. En réponse à l’argument selon lequel des partis pirates existent dans d’autres pays et sont entrés au parlement, ils nous ont répondu : dans ces pays, le mariage homosexuel est également une pratique courante. Aujourd’hui nous enregistrons des pirates, et demain, nous commencerons à enregistrer des mariages gays », a-t-il expliqué.

Comment ce parti s’est-il fait connaître ?

Le parti a présenté le projet « Rosskomsvoboda » (ou RuBlackList dans la version anglaise), un site qui donnera accès à toutes les ressources qui, selon les « pirates », ont été placées à tort sur la liste noire des sites web interdits.

Les membres du parti envisagent à présent d’entamer des poursuites judiciaires pour contrer les refus d’enregistrement de leur parti. Pour rappel, la raison pour laquelle le ministère a refusé l’enregistrement du parti mi-janvier est que la piraterie est une activité criminelle et ne peut donc être l’objet revendiqué d’un parti. Pavel Rassoudov a affirmé à Kommersant que le ministère de la justice pensait que l’objet du parti était « la piraterie en mer et la contrefaçon », alors que le parti a bel et bien expliqué que ce n’était pas le cas. Il a souligné que la décision du ministère était « illégale sur le plan juridique et donc motivée par des raisons politiques ». L’année dernière, le ministère de la justice avait déjà refusé la demande des « pirates », prétextant l’irrecevabilité de l’utilisation de ce nom.

« Au ministère, on nous a confirmé que les services du président avaient recommandé à demi-mot de ne pas nous enregistrer sous ce nom. C’est là que le bât blesse et nous ne baissons donc pas les bras. Tôt ou tard, la situation devra changer », a déclaré M. Rassoudov.

L’objectif du parti de Pavel Rassoudov est de participer aux prochaines élections de la Douma d’État : « rassembler minimum 3 % des voix pour pouvoir bénéficier de financements publics ».

M. Rassoudov a également expliqué que lundi, les membres du parti avaient lancé une attaque DDoS contre le site du ministère de la justice, qui a déjà pris fin : « Plusieurs motifs de refus nous ont été communiqués. La loi prévoit la motivation de tous les points de l’article de loi, alors que dans notre cas, seule une motivation globale a été effectuée. Nous avons envoyé une lettre sous forme électronique, afin que l’on nous explique les points qui, même du point de vue de la logique de la langue russe, n’ont pas de sens quant au refus qui nous est renvoyé. « Selon nous, le ministère de la justice est une boîte noire, elle réagit comme le chien de Pavlov, vous le stimulez et vous attendez de voir sa réaction. La bureaucratie a raison de la démocratie », a-t-il ajouté.

Taisia Bekboulatova – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/2117652

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :