La journaliste Natalia Morar de retour en Russie

7 Avr

Photo : Maxime Avdeev/Kommersant

La correspondante du journal The New Times Natalia Morar a pu rentrer en Russie lundi. En 2007, Le FSB avait, sans raison, interdit à cette ressortissante moldave de se rendre dans le pays. Selon l’opposition, cette décision aurait été prise en raison du reportage qu’elle préparait sur le problème de la corruption. D’après ses collègues, son retour a été possible suite à l’intervention du président, Dmitri Medvedev.

Nous avons contacté son mari, Ilia Barabanov, le rédacteur en chef adjoint du journal The New Times. M. Barabanov a accompagné Natalia Morar dans l’avion qui l’a ramenée en Russie. Le voyage se serait passé sans aucun problème, même à la frontière. « Je pensais que j’allais me faire des cheveux blancs en attendant dans la file à la frontière, mais tout s’est bien passé », a-t-il déclaré.

« Je voulais croire qu’en Russie, il était aussi possible d’être agréablement surprise »Natalia Morar, sur son retour au pays…

Natalia Morar a été interdite de séjour en Fédération de Russie en 2007, lorsqu’elle a tenté de revenir à Moscou d’un voyage d’affaires. Quelques jours plus tôt, The New Times avait publié un article intitulé « Les caisses noires du Kremlin » : selon les informations de Mme Morar, lors des élections de 2007, des représentants du pouvoir auraient extorqué de l’argent à des partis politiques. En 2008, Natalia Morar s’est mariée avec son collègue russe Ilia Barabanov. Par la suite, la journaliste a demandé la citoyenneté russe, mais elle lui a été refusée. Le FSB a quant à lui refusé de fournir la raison de l’interdiction de séjour de Mme Morar.

De quoi l’accuse-t-on ?« Il est clair que ceux qui ont pris cette décision ont plus de choses à se reprocher que moi… »

« Depuis son interdiction de séjour, 1560 jours se sont écoulés. Pendant tout ce temps, nous avons tenté d’obtenir justice », a expliqué M. Barabanov. Selon lui, la situation se serait débloquée fin janvier 2012, suite à une rencontre entre le président Medvedev et des représentants de la presse. Le rédacteur en chef de The New Times, Evgeni Albats, aurait alors mentionné le cas de Natalia Morar.  « Il a répondu qu’il essayerait d’intervenir. Le temps a passé et nous avons décidé de tout simplement acheter des billets de retour et de tenter de passer la frontière », a déclaré M. Barabanov. Il a ajouté que lors de son séjour en Moldavie, Natalia Morar était devenue une célèbre animatrice à la télévision, bien qu’aujourd’hui, elle ait décidé de retravailler en Russie.

Alexandre Tchernih, traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original en russe :  http://www.kommersant.ru/doc/1901479

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :