Archive | juillet, 2012

Le gardien de la cathédrale n’a pas pu travailler pendant deux mois après l’action des Pussy Riot

31 Juil

Image

Le procès des membres du groupe punk Pussy Riot se poursuit au tribunal Khamovnichesky de Moscou. Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alehina et Ekaterina Samoutsevitch sont accusées de houliganisme dans la cathédrale du Christ-Sauveur de la capitale. En ce moment, ce sont les victimes qui sont écoutées. L’une d’entre elles, le gardien de la cathédrale, Sergueï Beloglazov, a déclaré qu’en raison de la performance des jeunes filles, il n’avait pu se rendre à son travail pendant deux mois. Il n’a toutefois pas souhaité blâmer les punkettes.

« En dix ans, je n’ai jamais rien vu de tel dans la cathédrale. J’ai été stupéfait », a expliqué M. Beloglazov au tribunal. Il a raconté qu’il avait accouru aux cris des employés et qu’il avait tenté de faire sortir les jeunes filles. Selon lui, il s’agit d’une action offensante qui a découragé les fidèles de la cathédrale. « A cause de cela, je n’ai pas pu aller travailler pendant deux mois », a-t-il affirmé.

Il a toutefois tenu à préciser qu’il ne blâmait pas les membres du groupe Pussy Riot. « En tant que croyant, je suis prêt à leur accorder mon pardon, je ne leur en veux pas. Je pense qu’elles ne savaient pas ce qu’elles faisaient », a expliqué M. Beloglazov. Il a affirmé que son but n’était pas que leur punition soit des plus sévères. Il a laissé à la Cour le soin de déterminer la peine qu’elle jugerait opportune. Il a en outre renoncé à demander un dédommagement matériel, a rapporté Interfax.

Selon les conclusions de l’enquête, les jeunes filles ont mené cette action par haine de la religion et de la communauté que représentent les croyants orthodoxes. Le Code pénal russe prévoit une peine maximale de sept ans de prison pour ce type d’actes.

Les inculpées ne sont toutefois pas d’accord avec la description de leurs actes. Elles martèlent que les motivations de leur action étaient uniquement politiques et qu’elles n’éprouvent aucune haine pour la religion. Les punkettes se sont par ailleurs excusées et ont reconnu que leur action avait pu froisser la sensibilité des croyants. « Notre refus de plaider coupable [pour houliganisme] ne signifie pas que nous ne sommes pas prêtes à nous expliquer et que nous ne reconnaissons pas notre erreur. Notre erreur a été de jouer ce genre de musique dans une cathédrale et si quelqu’un s’en est trouvé offusqué, je suis prête à reconnaître que nous avons commis une faute éthique », a déclaré Mme Tolokonnikova au nom des autres membres du groupe. Elle a ajouté que l’erreur de son groupe était d’ordre moral et non pénal.

Fin février 2012, cinq jeunes filles affublées de déguisements et de masques sont entrées dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou pour y donner un concert clandestin qu’elles ont elles-mêmes qualifié de « punk religieux ». Leur action s’est résumée à des danses et des chansons plutôt énergiques dans lesquelles elles ont insulté le patriarche Kirill et le candidat à la présidentielle d’alors, Vladimir Poutine. Lorsque la sécurité de la cathédrale a tenté de mettre la main sur les jeunes filles, celles-ci ont tenté de fuir. Par la suite, les Pussy Riot ont reconnu être les auteurs de cette action.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’original : http://www.vesti.ru/doc.html?id=863087&863087

Le blogueur russe Alexeï Navalny risque jusqu’à dix ans de prison

31 Juil

Image

La Commission d’enquête de la Fédération de Russie a inculpé le célèbre blogueur Alexeï Navalny et l’a assigné à résidence. M. Navalny est accusé de détournement de biens « à grande échelle » (16 millions de roubles, 405 000 euros). Le Code pénal prévoit une peine de dix ans pour ce type d’accusations.

Alexeï Navalny a été amené à la Commission d’enquête ce mardi à 11h00, où son assignation à résidence lui a été notifiée en vertu de l’alinéa 4 de l’article 160 du Code pénal russe sur les « détournements de bien à grande échelle ». Selon la Commission, lorsqu’il travaillait en tant que conseiller du gouverneur de la région de Kirov, M. Navalny aurait fait perdre de l’argent à l’entreprise publique Kirovles en concluant un accord sur la livraison de bois avec la société Viatskaya Lesnaya Kompania. Ce contrat aurait entraîné une perte de plus de 16 millions de roubles dans le budget de l’Oblast de Kirov en 2009-2010.

Pourquoi Alexeï Navalny est-il accusé aujourd’hui ?

L’opposant a été emmené pour interrogatoire après avoir émis des critiques à l’encontre de la Commission d’enquête.

La Commission d’enquête a précisé que M. Navalny était depuis le début accusé en vertu de l’alinéa 3 de l’article 165 du Code pénal sur « l’atteinte portée au patrimoine par la tromperie ou l’abus de confiance » qui prévoit une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison.  « Après que les juges d’instruction ont demandé à la direction de la Commission d’enquête de poursuivre ses investigations, une expertise économique et des éléments obtenus suite à des activités opérationnelles de recherches ont confirmé l’implication de M. Navalny dans cette affaire qui tombe sous l’alinéa 4 de l’article 160 du Code pénal russe », a déclaré la Commission d’enquête. Cet article prévoit une peine pouvant aller jusqu’à dix ans et une amende d’un million de roubles (25 000 euros).

« Ces accusations sont étranges et absurdes. Ce sont des affabulations qui ont pour but que ce soir, à la télévision, on annonce qu’Alexeï Navalny a volé 16 millions de roubles. Et d’après ce qu’on dit, la somme en question pourrait encore changer. Toutes ces affabulations contredisent mon témoignage et celui d’autres témoins », a déclaré Alexeï Navalny.

La Commission d’enquête a précisé qu’elle inculperait deux autres individus pour les mêmes faits : Piotr Ofitserov, le directeur de la société Viatskaya Lesnaya Kompania, et Viatcheslav Opalev, le directeur général de l’entreprise publique Kiroles.

Ivan Bouranov – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/1992306

Les Pussy Riot se sont excusées auprès des croyants

31 Juil

Image

Les membres du groupe punk Pussy Riot ont refusé de plaider coupables pour des faits de houliganisme dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, mais elles ont tenu à s’excuser auprès des croyants orthodoxes. Leur intention n’était pas de les offusquer, a rapporté l’agence d’information des tribunaux russes.
Le procureur a émis la possibilité d’interrompre la retransmission en direct du procès. L’avocate des jeunes filles, Violetta Volkova, a donc décidé de lire le discours qu’elles avaient prévu avant la lecture de l’acte de mise en accusation, tant que la retransmission sur Internet était toujours de vigueur.

Les trois femmes ont affirmé que leurs actes ne tombaient pas sous l’acte 213 du Code pénal (houliganisme) et qu’une amende administrative serait la peine maximale qui devrait leur être infligée.

Nadezhda Tolokonnikova a souligné que ses actes ne revêtaient qu’une signification politique et artistique et ne visaient pas à blesser les croyants. « Nous avons commis une faute éthique en faisant une prestation punk dans une cathédrale. Mais nous ne pensions pas que cela constituerait un outrage », peut-on lire dans le discours de Mme Tolokonnikova.

Elle a souligné que le groupe existait depuis 2011 et que leurs concerts avaient toujours été empreints d’humour et d’ironie. Les jeunes femmes n’avaient aucunement l’intention de froisser la population.

Pour rappel, fin février, cinq femmes masquées se sont rendues dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, ont grimpé sur l’autel, ce qui est interdit, et ont chanté des chansons punk. La vidéo de leur prestation a été diffusée sur Internet et a fait le tour du monde.

Trois auteurs présumées des faits, Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alehina et Ekaterina Samoutsevitch, ont été arrêtées. Elles sont accusées de houliganisme et risquent jusqu’à sept ans de prison.

Selon le procureur, les membres du groupe Pussy Riot « ont porté atteinte aux valeurs du culte chrétien », « se sont attaquées au caractère sacré de l’Eglise » et « ont blasphémé l’Eglise orthodoxe russe ». Les jeunes femmes et leurs complices ont entonné des chansons « aux paroles choquantes et blasphématoires pour les orthodoxes », a martelé le procureur général.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/news/1991611

Le combat n’est pas terminé pour Sergueï Oudaltsov

30 Juil

Image

Le rassemblement organisé pour soutenir ceux qui ont été emprisonnés suite à la manifestation du 6 mai a rassemblé 1500 personnes sur le square Novo-Pourchkinski. Au vent flottaient des drapeaux des mouvements « Front de gauche », « Solidarnost », et du Parti social-démocrate de Russie. Les militants ont brandi des pancartes avec l’inscription « Heureux sont qui ont faim et soif de justice ».

Anna Karetnikova et Isabelle Magkoeva ont ouvert le bal. Elles ont lu la lettre de l’une des onze personnes arrêtées pour trouble de l’ordre public sur la place Bolotnaïa, Artem Savelov, dans laquelle il demande à la population de ne pas s’inquiéter pour lui et la remercie de son soutien. La foule a applaudi à chaque phrase prononcée.

Des militants, des défenseurs des droits de l’Homme et des poètes se sont ensuite succédé sur la scène. Sergueï Davidis de « Solidarnost » a promis à « Poutine, Bastrykine et à tous les policiers qui avaient fait de faux témoignages un nouveau procès de Nuremberg ». La militante Maria Baronova, qui a elle-même fait l’objet d’une enquête après les événements du 6 mai, a appelé à l’union de toutes les organisations pour « la défense de la population, de notre région et de notre pays ». Pendant ce temps, des jeunes ont circulé dans la foule afin de récolter des fonds pour les prisonniers. Nombreux sont ceux qui, de bonne grâce, ont donné 100 à 500 roubles.

C’est Viktor Savelov, le père d’Artem Savelov dont la lettre a été lue au début du rassemblement, qui s’est attiré le plus de sympathie. « J’ai fait de longues études pour devenir ingénieur », a-t-il expliqué. « Il y a trente ans, j’ai créé un système que les Américains n’ont pas encore pu imiter et j’ai éduqué mes enfants avec cette idée : la patrie, le pays et l’Etat ne font qu’un. Et aujourd’hui ? La patrie est toujours là, le pays a été rogné de toute part et l’Etat est à côté de la plaque. En tant qu’ingénieur, je ne peux pas comprendre le mode de fonctionnement de ce système. Ce que je veux, c’est qu’Artem revienne et que nous puissions panser nos blessures pour que tout revienne à la normale », a-t-il conclu.

L’avocat des membres présumées du groupe punk Pussy Riot, Mark Feigin, a transmis les bons vœux de ses clientes accusées de houliganisme pour avoir mené l’action « Sainte Marie, mets Poutine à la porte » dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou. Elles ont été arrêtées début mars. Il a exhorté la foule à répondre présente lors de la prochaine Marche des millions qui est prévue le 15 septembre.

Le dernier intervenant a été Sergueï Oudaltsov du Front de gauche. Il a proposé que ceux qui le souhaitent se rassemblent le 2 août devant les bureaux de la Commission d’enquête. « Nous nous y rendrons à 6 h, nous nous mettrons en cercle, nous nous tiendrons la main et tenterons de rencontrer des responsables. Ce sera notre réponse aux autorités en prévision de notre action d’automne », a-t-il déclaré.

Ensuite, le présentateur a lu une résolution réclamant la libération immédiate de tous les prisonniers politiques. Les militants rassemblés ont approuvé le texte à l’unanimité puis se sont dispersés dans le calme et en musique.

Le ministère de l’intérieur a fait savoir que le rassemblement s’était déroulé sans heurts. Seul un homme a été arrêté. Lors du contrôle aux détecteurs de métaux, un couteau, un bâton télescopique et cinq fusées de signalisation ont été retrouvés sur lui. Selon les forces de police, seules 800 personnes étaient présentes, dont de nombreux journalistes.

La Commission d’enquête a confirmé que deux personnes étaient toujours en détention suite aux événements du 6 mai : Nicolaï Kavkazski, membre du Comité pour les droits des citoyens, et un anarchiste et étudiant de l’université d’Etat d’études sociales, Alexeï Polihovitch. Seize personnes ont été suspectées dans cette affaire, et onze ont été arrêtées.

Alexeï Iablokov – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Article original : http://www.vedomosti.ru/politics/news/2323144/policiya_naschitala_okolo_300_uchastnikov_mitinga#ixzz225izGPXQ

Les traductions sur les panneaux routiers de Vladivostok seront bientôt corrigées

25 Juil

Image

L’administration de Vladivostok a commencé à corriger ses panneaux routiers en amont du prochain sommet de la CEAP (Coopération économique Asie-Pacifique) en 2012. Des photographies de panneaux avec de mauvaises traductions en anglais circulent depuis peu sur Internet. La mairie a précisé que les traductions avaient été réalisées par une société moscovite, mais elle a promis de corriger les erreurs dès qu’elles auraient été toutes identifiées.

Les photographies de panneaux routiers qui ont été mises en ligne il y a quelques jours ont été prises au centre de Vladivostok. L’une d’entre elles montre un panneau censé indiquer l’emplacement du théâtre académique de Gorki. En anglais, cela donne : « Academic Theater of the name of M. Gorkogo » (Ndt : une traduction de type Google Translate ne prenant pas en compte les particularités grammaticales de la langue russe). Ce type d’erreurs se retrouve sur d’autres panneaux du genre.

Vladivostok se prépare au sommet de la CEAP

Les corrections coûteront jusqu’à cinq fois plus cher que les coûts initiaux…

Ces photos sont rapidement devenues très populaires sur la toile russe. Vendredi, le maire de Vladivostok a promis de corriger tous les panneaux. « L’administration communale a commencé à corriger les erreurs après en avoir été informée par des citoyens et les médias locaux », a déclaré la mairie. « Un courrier a en outre été envoyé à l’entreprise moscovite SK Region qui s’était occupée de la traduction des textes. » Selon le représentant de la mairie, pour l’instant, l’entreprise responsable et des spécialistes de la mairie tentent de déterminer où sont situées les erreurs et s’il est possible de les corriger directement sur les panneaux. « Une étude est en cours », a souligné la mairie. « Tous les panneaux ne sont pas concernés. Il faut donc déterminer quels seront les panneaux à corriger. Il est important de savoir aussi quelles sont les signalisations soumises aux normes russes. Ensuite, nous procèderons aux corrections. »

La mairie de Vladivostok a par ailleurs déjà prévu de traduire en anglais les panneaux d’autobus situés aux 227 arrêts de transports publics. « L’administration communale a décidé de traduire tous ces panneaux en anglais. Cette fois, les traducteurs engagés pour cette tâche feront partie d’une agence internationale. A partir du mois d’août, des tableaux électroniques seront installés dans neuf stations de transport. Grâce à ce dispositif, les habitants et les visiteurs pourront recevoir des informations sur les horaires », peut-on lire sur le site Internet de la ville.

Ivan Bouranov – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/1984200

Le Conseil de la Fédération approuve la création d’une liste noire de sites Internet

18 Juil

Image

Ce 18 juillet, le Conseil de la Fédération a approuvé un texte de loi sur l’élaboration d’une liste unique reprenant les noms de domaine des sites avec des contenus illégaux. Ce registre sera donc créé en novembre 2012, a fait savoir RIA Novosti. Ce texte de loi propose la création d’une « liste noire » des sites, des pages et des adresses de réseaux contenant des informations dangereuses pour les enfants. Il s’agit avant tout de lutter contre la pédopornographie, les sites expliquant comment se suicider et ceux qui font la promotion de drogues en tout genre. Ces sites pourront être fermés avant qu’un tribunal ne rende un jugement quelconque. Pour les autres sites qui contiendraient des informations interdites, la fermeture de la page ne pourra être opérée qu’après une décision du tribunal.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/news/1983160

La Douma approuve la création d’une liste noire de sites Internet

18 Juil

Image

Le 11 juillet dernier, la Douma d’Etat a adopté en deuxième puis en troisième lecture une nouvelle loi sur la création d’une liste noire des sites contenant des informations jugées illégales.

Quatre cent trente-quatre députés sur 450 (441 en seconde lecture) ont voté en faveur de cet amendement à la loi « sur la protection des enfants contre des informations qui pourraient se révéler néfastes pour leur santé ou leur développement ». Le jour de l’adoption, la Douma a modifié le texte de ce projet de loi à scandale. Des changements ont été apportés à la partie du texte portant sur les « informations nocives ». Dans le texte initial, un site pris en défaut avec de telles informations devait être directement fermé. Après modification, un site pourra être fermé sans décision du tribunal seulement s’il présente des contenus pédopornographiques, fait la publicité des drogues ou fournit des informations sur la manière de se suicider.

Vous faites déjà vos adieux à la liberté ?« Les députés jouent à un jeu dangereux, la communauté du Net est capable de s’organiser et de se rebeller… »

Le projet de loi propose la création d’un registre (ou liste noire) reprenant les sites interdits et la mise en place de procédures pour bloquer les sites en question. De grandes entreprises de l’Internet et des organisations de défense des libertés ont fermé l’accès à leur page sur Wikipedia en signe de protestation. Ce nouveau texte a également suscité la fureur de grandes sociétés de la toile comme Yandex, Mail.ru Group ou encore Google. La semaine précédente, le projet de loi avait même été critiqué par le Conseil du président sur le développement de la citoyenneté et le respect des droits de l’Homme.

Maria Makoutina – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/1978553

Après la vodka, plus de bière dans les commerces après 22h

6 Juil

Image

En Fédération de Russie, à partir du 1er juillet 2012, la bière sera considérée comme une boisson alcoolisée et ne pourra donc plus être vendue la nuit, sauf dans les restaurants et les bars. Les Russes ne manqueront toutefois pas de trouver une parade comme ce fut précédemment le cas avec la vente de vodka interdite à partir de 22h depuis déjà plusieurs années.

Source : Kommersant

La langue russe source de conflits en Ukraine

5 Juil

Image

La police a eu recours à des gaz lacrymogènes et a utilisé des matraques pour disperser des centaines de manifestants à Kiev hier (4 juillet). Le président du parlement ukrainien a déposé sa démission après avoir fait passer une loi qui renforcera le statut de la langue russe dans cette ancienne république soviétique.

Les manifestants, menés par les membres de l’opposition au parlement qui défendent le statut de la langue ukrainienne comme seule langue officielle, se sont rassemblés devant le bâtiment où le président, Viktor Ianoukovitch, devait s’exprimer lors d’une conférence de presse.

La chambre a approuvé ce projet de loi sur les langues mardi, quelques minutes après que cette proposition surprise a été soumise par un député pro-Ianoukovitch, ce qui n’a laissé que peu de temps aux opposants pour se retourner et a déclenché des échauffourées au parlement et dans les rues.

« Nous sommes des millions et ils ne peuvent pas prétendre que rien ne s’est passé », a déclaré Vitali Klitschko, le champion de boxe poids lourd qui a fondé son propre parti de l’opposition, Oudar (coup) et a pris part à la manifestation.

M. Ianoukovitch avait prévu de faire une déclaration pour couronner la fin du tournoi de football de l’Euro 2012, mais les manifestants l’ont exhorté à opposer son veto au projet de loi soumis par son propre Parti des régions dans la majorité.

M. Ianoukovitch a annulé la conférence de presse et convoqué en urgence les dirigeants des principaux partis, ainsi que le président du parlement, Vladimir Litvine, qui avait réclamé que le projet de loi soit amendé et a donc remis sa démission en raison de la manière dont le texte a été voté.

Le président a par la suite annoncé que l’Ukraine pourrait organiser des élections législatives anticipées si la crise à la chambre perdurait.

Sur son site Internet, le Parlement a fait savoir que Mykola Tomenko, vice-président de l’assemblée, avait lui aussi démissionné. M. Tomenko est membre du parti BYuT de l’ancienne première ministre, Ioulia Timochenko, actuellement en prison.

Tactique électorale

Ce projet de loi reconnaîtrait le russe comme une langue régionale dans les zones où une grande partie de la population a le russe comme langue maternelle, ce qui permettrait son utilisation dans les services publics.

Les opposants au texte affirment qu’il a été introduit par le parti de M. Ianoukovitch pour récupérer des électeurs russophones désenchantés en amont des élections législatives d’octobre.

Les partis de l’opposition et des millions d’ukrainophones considèrent ce projet de loi comme une menace potentielle pour la souveraineté ukrainienne et ses 20 ans d’indépendance depuis sa séparation de l’Union soviétique.

D’autres manifestations sont prévues dans le pays, a annoncé le parti Batkivshchyna. De nombreux manifestants sont d’ailleurs restés dans les rues du centre de Kiev jusque tard dans la nuit.

EurActiv avec Reuters – traduit de l’anglais par Amandine Gillet

La police renforce la sécurité en vue de l’audition des Pussy Riot

4 Juil

Image

La police a renforcé les mesures de sécurité aux abords du tribunal Tagansky de Moscou, où sera organisée l’audition des membres du groupe Pussy Riot. Les jeunes femmes sont accusées de houliganisme dans la cathédrale du Christ-Sauveur de la capitale russe. Aujourd’hui, le tribunal examinera une requête introduite par les avocats du groupe. Ils affirment en effet ne pas avoir disposé de suffisamment de temps pour étudier le dossier.

Aujourd’hui, aux alentours du bâtiment du tribunal, des représentants des services judiciaires fédéraux, plus de dix policiers et quelques véhicules de police sont en poste. Les voitures stationnées aux abords du tribunal ont été évacuées.

Les membres du groupe Pussy Riot sont donc accusées de houliganisme. Pour rappel, selon la version des enquêteurs, le 21 février dernier, cinq jeunes femmes masquées se sont introduites dans la cathédrale du Christ-Sauveur et ont commencé à hurler des insultes à l’encontre des hommes d’Eglise et des croyants. Trois auteurs présumées des faits, Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alehina et Ekaterina Samoutsevitch, ont été arrêtées conformément à l’article 213 du Code pénal russe et risquent jusqu’à sept ans de prison.

Une requête avait déjà été déposée précédemment auprès du tribunal de Tagansky afin qu’un délai soit accordé pour l’examen du dossier par la défense.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

L’Ukraine envisage d’organiser des élections législatives anticipées

4 Juil

Selon RIA Novosti, le président du pays, Viktor Ianoukovitch, n’exclurait pas cette possibilité. Selon lui, il ne serait pas exclu que la crise politique que vit le pays depuis l’introduction d’une nouvelle loi sur les langues puisse se régler ainsi. Les services de presse du chef du gouvernement ont fait savoir que c’était ce que M. Ianoukovitch avait déclaré au chef du parlement mercredi.

La veille, la Verkhovna Rada [le parlement ukrainien] avait approuvé un projet de loi qui tend à accroître l’influence de la langue russe dans le pays. Si ce texte est signé par le président ukrainien, le russe se verra octroyer le statut de langue régionale où elle est la langue maternelle d’au moins 10 % de la population. Treize régions ukrainiennes sur 27 seraient donc concernées. L’approbation du projet de loi par le parlement a déclenché de nombreuses protestations sur la scène politique. Le président et le vice-président de la Rada, Vladimir Litvin et Nicolaï Tomenko, ont d’ailleurs présenté leur démission.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.rg.ru/2012/07/04/vibori-anons.html

Nouvelle manifestation de l’opposition prévue en juillet

2 Juil

La prochaine manifestation de l’opposition aura lieu le 26 juillet et sera dédiée aux participants arrêtés pour troubles de l’ordre public sur la place Bolotnaya le 6 mai dernier. Cet événement sera organisé par une nouvelle organisation de l’opposition « Comité du 6 mai » qui rassemble des militants de Solidarnost, du Front de gauche, des Rubans blancs et d’autres mouvements. Les opposants comptent bien obtenir la libération de leurs amis.

ImageLundi, un membre du mouvement de l’opposition Solidarnost, Sergueï Davidis, a annoncé la création de l’organisation « Comité du 6 mai ». Elle aura pour objectif de soutenir les opposants arrêtés dans le cadre de l’enquête judiciaire pour troubles de l’ordre public sur la place Bolotnaya. Pour rappel, le 6 mai dernier à Moscou, s’est déroulée la « Marche des millions » qui devait se terminer par un rassemblement sur la place Bolotnaya. La police a toutefois décidé de modifier l’itinéraire de la manifestation, ce qui a mené à des bousculades et à des échauffourées avec les forces antiémeutes. Par la suite, la commission d’enquête a lancé des poursuites sur la base de l’article 212 du Code pénal contre 15 suspects, dont 13 ont été arrêtés.

Le « Comité du 6 mai » prévoit d’organiser le 26 juillet prochain la première action de masse à l’échelle du pays pour soutenir les opposants arrêtés. « Il y aura un rassemblement et une manifestation à Moscou, ainsi que des événements dans d’autres villes et même dans d’autres pays européens. Il y aura des milliers de personnes. La société doit accorder une plus grande attention aux fausses accusations dont certains sont victimes », a déclaré M. Davidis.

Alexandre Tchernih – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/1972053

Augmentation des bourses étudiantes en Russie

2 Juil

Image

Crédit photo : Mr.LeTof

(http://bit.ly/mrletof_photo_russie)

Le premier ministre de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, a signé un décret grâce auquel les étudiants pourront bénéficier d’une augmentation de leur bourse. Les bourses passeraient donc de 5000 à 6300 roubles. Cette bonne nouvelle ne concerne toutefois pas tous les universitaires. Seuls les étudiants dans le besoin sont concernés.

« Ce n’est pas fantastique, mais c’est une augmentation tout de même », a déclaré Dmitri Medvedev. Des débats animés entourent cette question, surtout en ce qui concerne le montant très peu élevé de ces bourses. Si par le passé, une bourse suffisait pour se nourrir, aujourd’hui, elle ne couvre que les transports et quelques tickets de cinéma. Mais la Russie refuse d’abandonner ce système. Le gouvernement a même décidé d’augmenter la somme d’argent versée aux boursiers.

Le ministre de l’enseignement et des sciences, Dmitri Livanov, également recteur de l’université nationale des technologies et des sciences (MISIS), a expliqué à Novaya Gazeta que les bourses pour les bacheliers devraient être d’au moins 10 000 roubles. Nous en sommes encore loin, mais le montant des bourses augmente petit à petit.

Dès cette année, 3000 bourses de 7000 roubles seront accordées par le président aux étudiants et doctorants qui sont dans leur année de spécialisation. Le gouvernement accordera quant à lui 5000 bourses de 5000 roubles. Les bourses ordinaires augmenteront également, notamment pour les doctorants. Il est stipulé dans le nouveau projet de loi sur l’enseignement que le montant des bourses ne sera pas inférieur à la moitié du salaire minimum pour les étudiants et qu’elles seront équivalentes à ce salaire pour les doctorants. Un étudiant de l’enseignement supérieur recevra au minimum 6000 roubles, et un doctorant, 12 000 roubles.

Quelque 135 millions de roubles seront débloqués à cette fin en 2012 et 255 millions en 2013. Pour bénéficier d’une bourse, les étudiants doivent passer un concours. Notons toutefois que les bourses sont accordées aux étudiants et doctorants dont les études font partie des domaines considérés comme prioritaires pour la modernisation de l’économie russe. Il faut également avoir moins de 35 ans et être de nationalité russe.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.rg.ru/2012/07/02/stipendia-site.html

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :