La langue russe source de conflits en Ukraine

5 Juil

Image

La police a eu recours à des gaz lacrymogènes et a utilisé des matraques pour disperser des centaines de manifestants à Kiev hier (4 juillet). Le président du parlement ukrainien a déposé sa démission après avoir fait passer une loi qui renforcera le statut de la langue russe dans cette ancienne république soviétique.

Les manifestants, menés par les membres de l’opposition au parlement qui défendent le statut de la langue ukrainienne comme seule langue officielle, se sont rassemblés devant le bâtiment où le président, Viktor Ianoukovitch, devait s’exprimer lors d’une conférence de presse.

La chambre a approuvé ce projet de loi sur les langues mardi, quelques minutes après que cette proposition surprise a été soumise par un député pro-Ianoukovitch, ce qui n’a laissé que peu de temps aux opposants pour se retourner et a déclenché des échauffourées au parlement et dans les rues.

« Nous sommes des millions et ils ne peuvent pas prétendre que rien ne s’est passé », a déclaré Vitali Klitschko, le champion de boxe poids lourd qui a fondé son propre parti de l’opposition, Oudar (coup) et a pris part à la manifestation.

M. Ianoukovitch avait prévu de faire une déclaration pour couronner la fin du tournoi de football de l’Euro 2012, mais les manifestants l’ont exhorté à opposer son veto au projet de loi soumis par son propre Parti des régions dans la majorité.

M. Ianoukovitch a annulé la conférence de presse et convoqué en urgence les dirigeants des principaux partis, ainsi que le président du parlement, Vladimir Litvine, qui avait réclamé que le projet de loi soit amendé et a donc remis sa démission en raison de la manière dont le texte a été voté.

Le président a par la suite annoncé que l’Ukraine pourrait organiser des élections législatives anticipées si la crise à la chambre perdurait.

Sur son site Internet, le Parlement a fait savoir que Mykola Tomenko, vice-président de l’assemblée, avait lui aussi démissionné. M. Tomenko est membre du parti BYuT de l’ancienne première ministre, Ioulia Timochenko, actuellement en prison.

Tactique électorale

Ce projet de loi reconnaîtrait le russe comme une langue régionale dans les zones où une grande partie de la population a le russe comme langue maternelle, ce qui permettrait son utilisation dans les services publics.

Les opposants au texte affirment qu’il a été introduit par le parti de M. Ianoukovitch pour récupérer des électeurs russophones désenchantés en amont des élections législatives d’octobre.

Les partis de l’opposition et des millions d’ukrainophones considèrent ce projet de loi comme une menace potentielle pour la souveraineté ukrainienne et ses 20 ans d’indépendance depuis sa séparation de l’Union soviétique.

D’autres manifestations sont prévues dans le pays, a annoncé le parti Batkivshchyna. De nombreux manifestants sont d’ailleurs restés dans les rues du centre de Kiev jusque tard dans la nuit.

EurActiv avec Reuters – traduit de l’anglais par Amandine Gillet

Une Réponse to “La langue russe source de conflits en Ukraine”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La langue russe source de conflits en Ukraine « la presse russe | PECO | Scoop.it - 5 juillet 2012

    […] Le président du parlement ukrainien a déposé sa démission après avoir fait passer une loi qui renforcera le statut de la langue russe dans cette ancienne république soviétique. Les manifestants, menés par les membres de …  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :