La Russie tente d’enrayer une épidémie de peste porcine africaine

2 Août

La semaine prochaine, les dirigeants des départements vétérinaires russes, ukrainiens et biélorusses pourraient se réunir à Kiev pour discuter d’une action commune visant à lutter contre la propagation de la peste porcine africaine. C’est ce qu’a annoncé le dirigeant du Service fédéral de la surveillance vétérinaire et phytosanitaire de Russie (SFSVP), Sergueï Dankvert.

Par mesure de sécurité, les spécialistes prévoient d’interdire le transport de produits végétaux et animaux dans les bagages des passagers qui voyagent entre ces deux pays.

A partir d’aujourd’hui, le 2 août, le SFSVP cessera de délivrer des certificats pour l’expédition de bétail en Russie à partir de Zaporijia, la ville ukrainienne où a été découvert un foyer de peste porcine africaine. Les routes qui passent par cette agglomération ont déjà été fermées et les automobilistes doivent donc la contourner. Bien que le foyer de la maladie n’ait pas encore été déterminé avec certitude, les vétérinaires ukrainiens n’excluent pas que le virus puisse avoir été amené de Russie dans des produits alimentaires d’origine animale. « Dans la mesure où il est permis de transporter jusqu’à cinq kilos de vivres dans les bagages à main entre nos deux pays, tout est possible », a confirmé le dirigeant du SFSVP, Sergueï Dankvert. Jusqu’à présent, selon les informations des différents départements, des cas de peste porcine africaine ont été détectés dans au moins dix régions de Russie. Le kraï de Krasnodar et l’oblast de Tver sont les zones les plus à risque.

Selon le SFSVP, les mesures prises pour lutter contre la maladie dans la région de Tver se sont avérées insuffisantes et inefficaces. C’est la raison pour laquelle la menace de contamination est plus vive à cet endroit.

Par ailleurs, l’inspecteur vétérinaire en chef de la République du Bélarus, Youri Pivovarchik, a interdit l’importation de viande de porc et d’aliments à base de porc en provenance des oblasts russes de Volgograd et de Tver. Les autorités du Bélarus ont également interdit l’importation sur leur territoire de cornes, de cuir et d’abats, de viande de sanglier, de soie de porc, d’aliments pour animaux, ainsi que de matériel d’emballage et de dépeçage du porc déjà utilisé. Les trophées de chasse sont également interdits.

Cette maladie ne présente pas de danger pour l’Homme, mais elle peut être fatale pour les élevages si elle n’est pas traitée. Le seul moyen d’éradiquer le virus est d’éliminer les cheptels de porcs dans un rayon de 20 kilomètres autour du foyer de la maladie. Il est également possible de venir à bout du virus grâce à la mise en place de quarantaines très strictes.

Lien vers l’article original : http://www.rg.ru/2012/08/02/chuma-site.html

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :