Tag Archives: Alexeï Navalny

« Dieu merci, Nicolaï Vladimirovitch n’avait pas amené de tronçonneuse ! »

15 Août

Les candidats à la mairie de Moscou ont participé à leur deuxième débat

Image

Photo :  Iouri Martianov / Kommersant

Le débat organisé par la chaîne de télévision Moskva 24 a dès le début été interrompu par Alexeï Navalny (Parti républicain de Russie/Parti de la liberté du peuple, ou RPR-PARNAS) qui, en réponse à une question sur les parkings payants, a commencé à parler de ses partisans dont l’appartement avait été perquisitionné la veille par les forces de l’ordre en présence du leader du parti « Russie juste », Nicolaï Levitchev. M. Levitchev a quant à lui affirmé que la lutte contre la « littérature interdite » justifiait les moyens déployés.

Moskva 24 s’attendait à ce que le débat s’oriente vers les perquisitions menées dans le but de révéler les procédés illégaux de propagande mis en place par Alexeï Navalny. L’animateur du débat avait pourtant posé une question sur les parkings payants. Alexeï Navalny a toutefois préféré parler des événements de la veille, lorsque la police et des officiers du ministère des situations d’urgence ont défoncé la porte de l’appartement de certains de ses partisans. Grâce à une information fournie par le leader du parti « Russie juste », Nicolaï Levitchev, la police a pu saisir le matériel de propagande trouvé dans l’appartement. M. Navalny a affirmé que les forces de l’ordre avaient « intimidé et arrêté ses partisans ». Selon lui, cette affaire fait suite à l’enquête qu’il a lancée sur l’appartement de la fille de Sergueï Sobianine, dont la valeur dépasse le salaire que le maire par intérim aurait gagné en dix ans.

Aujourd’hui, conformément à l’article 19.3 du Code russe des infractions administratives (désobéissance aux membres des forces de l’ordre) le tribunal de l’arrondissement moscovite de Basmanny a condamné les quatre militants qui se trouvaient dans l’appartement à des peines allant d’une amende de 1000 roubles à 10 jours de prison. Les militants emprisonnés ont affirmé que les policiers n’avaient pas de mandat de perquisition, qu’ils avaient tenté d’ouvrir la porte, qu’ils avaient même lancé les clés aux agents des forces de l’ordre, mais que la porte était bloquée. « Dieu merci, Nicolaï Vladimirovitch n’avait pas amené de tronçonneuse », a plaisanté Mikhaïl Degtiarev en parlant du leader de « Russie juste ».

Alexeï Navalny a demandé à Nicolaï Levitchev, qui a « presque scié la porte personnellement », s’il pouvait lutter contre la corruption, tout en rédigeant des déclarations à l’intention de ses partisans. M. Navalny a souligné que « Russie juste » avait reçu 200 000 roubles. Le parti pourrait employer son temps plus efficacement, mais il ne fait rien pour la ville de Moscou, a-t-il ajouté. Nicolaï Levitchev n’a pas jugé utile de se justifier. Selon lui, « Russie juste » critique le pouvoir, mais cette lutte ne requiert pas l’utilisation de méthodes illégales.

Le leader du parti « Iabloko », Sergueï Mitrokhine, a demandé à Mikhaïl Degtiarev pourquoi il ne retirerait pas sa candidature, dans la mesure où il est originaire de Samara, contrairement à lui qui a toujours vécu à Moscou. Le candidat du Parti libéral-démocrate de Russie a expliqué dans sa réponse que 80 % des habitations de la capitale étaient achetées par des travailleurs issus d’autres régions russes.

« On me coupe toujours la parole », a déploré le candidat du Parti communiste de la Fédération de Russie, Ivan Melnikov. Il a demandé à M. Mitrokhine pourquoi, selon lui, des places étaient détruites et pourquoi les dirigeants ne dialoguaient pas avec la population. « Parce qu’ils sont venus de loin à Moscou, parce qu’ils n’aiment pas et ne respectent pas les Moscovites », a répondu sans surprise M. Mitrokhine.

Si les élections municipales moscovites se déroulaient ce week-end, la victoire irait à Sergueï Sobianine qui, selon les sondages, obtiendrait 67 % des voix. Ces chiffres ont été révélés par VTsIOM le 14 août. Alexeï Navalny arriverait à la deuxième place.

Taïsia Bekboulatova, Sergueï Goriachko – Article traduit partiellement du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original en russe : http://kommersant.ru/doc/2255603

Lien vers le débat télévisé : http://www.youtube.com/watch?v=n6WGK2sIhBM

Publicités

Bientôt plus de voitures de luxe pour les fonctionnaires russes

10 Juil

Image

Photo : Evgueniï Feldman / Kommersant

Le célèbre blogueur Alexeï Navalny, opposant au régime en place et candidat à la mairie de Moscou, est parvenu à collecter plus de 100 000 signatures en faveur de son initiative visant à interdire aux fonctionnaires de conduire des voitures trop luxueuses (plus de 1,5 million de roubles). L’initiative a été officiellement enregistrée sur le site « Российская общественная инициатива » (en français : « Initiative publique russe » ou IPR). Le projet de loi proposé par M. Navalny sera examiné par la Douma d’État, à condition que la Commission chargée des IPR donne son feu vert.

M. Navalny a déjà récolté 100 250 signatures en faveur de son initiative dont l’objectif est d’interdire aux fonctionnaires, aux membres d’entreprises d’État et d’entreprises sous le contrôle de l’État d’acheter des véhicules d’une valeur supérieure à 1,5 million de roubles. L’initiative a été enregistrée sur le site officiel le 5 avril et la collecte des signatures se poursuit.

Cette initiative prévoit un projet de loi que les signataires souhaitent voir examiné par la Douma d’État. Pour rappel, toute initiative publique enregistrée sur le site des IPR et récoltant plus de 100 000 signatures doit obligatoirement être examinée par la Douma. Toutefois, avant d’être soumise à la Douma, l’initiative doit être examinée par la Commission chargée des IPR. La possibilité pour les citoyens de soumettre ce type d’initiatives était l’une des promesses électorales du président, Vladimir Poutine.

L’attachée de presse de M. Navalny, Anna Bedouta, a expliqué au Kommersant qu’elle ne s’était pas encore entretenue avec son patron concernant les prochaines étapes de son projet, mais qu’il ne manquerait pas de s’exprimer sur le succès de son initiative dans les jours qui viennent.

Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/2230599

Le blogueur russe Alexeï Navalny risque jusqu’à dix ans de prison

31 Juil

Image

La Commission d’enquête de la Fédération de Russie a inculpé le célèbre blogueur Alexeï Navalny et l’a assigné à résidence. M. Navalny est accusé de détournement de biens « à grande échelle » (16 millions de roubles, 405 000 euros). Le Code pénal prévoit une peine de dix ans pour ce type d’accusations.

Alexeï Navalny a été amené à la Commission d’enquête ce mardi à 11h00, où son assignation à résidence lui a été notifiée en vertu de l’alinéa 4 de l’article 160 du Code pénal russe sur les « détournements de bien à grande échelle ». Selon la Commission, lorsqu’il travaillait en tant que conseiller du gouverneur de la région de Kirov, M. Navalny aurait fait perdre de l’argent à l’entreprise publique Kirovles en concluant un accord sur la livraison de bois avec la société Viatskaya Lesnaya Kompania. Ce contrat aurait entraîné une perte de plus de 16 millions de roubles dans le budget de l’Oblast de Kirov en 2009-2010.

Pourquoi Alexeï Navalny est-il accusé aujourd’hui ?

L’opposant a été emmené pour interrogatoire après avoir émis des critiques à l’encontre de la Commission d’enquête.

La Commission d’enquête a précisé que M. Navalny était depuis le début accusé en vertu de l’alinéa 3 de l’article 165 du Code pénal sur « l’atteinte portée au patrimoine par la tromperie ou l’abus de confiance » qui prévoit une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison.  « Après que les juges d’instruction ont demandé à la direction de la Commission d’enquête de poursuivre ses investigations, une expertise économique et des éléments obtenus suite à des activités opérationnelles de recherches ont confirmé l’implication de M. Navalny dans cette affaire qui tombe sous l’alinéa 4 de l’article 160 du Code pénal russe », a déclaré la Commission d’enquête. Cet article prévoit une peine pouvant aller jusqu’à dix ans et une amende d’un million de roubles (25 000 euros).

« Ces accusations sont étranges et absurdes. Ce sont des affabulations qui ont pour but que ce soir, à la télévision, on annonce qu’Alexeï Navalny a volé 16 millions de roubles. Et d’après ce qu’on dit, la somme en question pourrait encore changer. Toutes ces affabulations contredisent mon témoignage et celui d’autres témoins », a déclaré Alexeï Navalny.

La Commission d’enquête a précisé qu’elle inculperait deux autres individus pour les mêmes faits : Piotr Ofitserov, le directeur de la société Viatskaya Lesnaya Kompania, et Viatcheslav Opalev, le directeur général de l’entreprise publique Kiroles.

Ivan Bouranov – Article traduit du russe par Amandine Gillet

Lien vers l’article original : http://www.kommersant.ru/doc/1992306

%d blogueurs aiment cette page :